Pokémon Rpg


 

Partagez | 
 

 Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Invité
Invité
  • Informations

MessageSujet: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Mer 14 Aoû - 0:10

Ce jour où j’ai quitté le casino après avoir gagné le jackpot, j’étais prêt à démarrer une toute nouvelle vie. Oui. Une toute nouvelle vie. Quitter ma famille, pour pouvoir entrainer mes compagnons Pokémons, devenir plus forts, vaincre des champions, soulever des montagnes… ah non. Pardon, je me suis trompé de registre. Enfin… Le fait est que ce matin, j’ai enfilé un t-shirt manche trois quart, noir moulant, un jean, mes rangers, j’ai pris mon sac à dos et mon baluchon –sans baluchon- et Rio sur l’épaule. J’ai dit au revoir à ma mère, mon père, et Ethan, ils m’ont offert une dernière accolade, une boite de badge, un vokit pour pouvoir garder contact. Et j’ai franchis le seuil de la maison familiale. Sans me retourner. Sans leur jeter un dernier regard, du moins pas avant d’arriver à la frontière entre la ville et… la route 35. Là, j’ose enfin tourner la tête. Un sourire naît sur mes lèvres. Déterminé. Je baisse les yeux vers Rio. Elle me tend les pattes. Je l’attrape, la hisse sur une épaule. Je n’ai pas envie de la perdre en cours de rouge. Je me sentirais bien trop coupable si cela devait arriver. Une fois cela fait, j’inspire une grande bouffée d’air, et j’avance.

Avec mes grandes enjambées, je peux aisément couvrir du terrain. En à peine quelques heures, et quelques combats Pokémon, ainsi que quelques potions usées, j’arrive non sans peine au Parc Naturel. Je prends un peu de temps pour me reposer. Je m’assois sur un banc, tranquillement, sors quelques baies pour Rio, une bouteille d’eau fraîche aussi, et pour moi, un sandwich que je m’étais préparé, au cas où j’aurais un petit creux. Comme maintenant quoi. Bref. Une fois que l’on a fini tous deux notre collation, je jette à la poubelle les emballages vides, et me remet en route, Rio toujours sur mon épaule.

Je sors du parc, à grandes enjambées. Je croise de tout sur le chemin. Des scouts, des fleuristes, des jumelles, etc. Je me fais dévisager du regard. Un peu de tout aussi. Hargneux, séducteurs, curieux… Tant de manières de me faire regarder, qui trahissent les pensées des gens. Je soupire, tente de ne pas prêter attention à cela. On m’arrête une nouvelle fois pour un combat. Rio s’en sort pas mal du tout. Ce n’est pas une première pour elle, c’est vrai, après tout mon frère m’a appris les ficelles du métier, mais… Bref. Le fait est que ce combat-là est gagné, une fois encore. Alors après quelques paroles de remerciements –car pour une fois, c’était un dresseur aimable-, je me remets en route, et atteint avec quelques heures de plus Rosalia.

La première chose que je fais, une fois y être arrivé, c’est me rendre au centre pokémon, histoire de faire soigner Rio. Elle n’a pas été grièvement blessée, mais je préfère tout de même la savoir en bonne santé. Après un peu d’attente, on finit par me la ramener en parfait état. C’est avec un sourire radieux sur les lèvres que je remercie l’infirmière et que je sors visiter un peu. Je n’ai pas encore eu l’occasion de m’attarder à Rosalia, devant faire des courses rapides pour mes parents. Alors aujourd’hui, je compte en profiter un peu. Et m’approcher de plus près de ce qui m’intrigue dans cette ville. En l’occurrence, la Tour Cendrée. J’en ai souvent entendu parler. Construite il y a plus de sept siècles, détruite il y a environ cent cinquante ans, elle aurait prit feu à cause d’un éclair qui se serait abattu au sommeil, aurait brulé pendant trois jours, avant qu’une violente pluie n’éteigne le brasier. Les légendes racontent également qu’elle aurait été le perchoir de Lugia.

J’ai toujours trouvé cet endroit… je ne sais pas comment le dire en fait. Majestueux, fascinant, surement. Mystérieux, également. Je souris, m’approche, et m’arrête devant l’entrée. Je sais que les étages supérieurs sont interdits d’accès, mais il reste toujours le rez-de-chaussée et le sous-sol… Alors pourquoi ne pas profiter de ma présence pour y aller, hein ? Et qui sait, peut-être que je ferais une rencontre intéressante… Tout du moins, c'est ce que j'espère. Mais en connaissant ma chance légendaire, je vais surement me faire courser par un Nosferapti en furis, ou bien me faire enfumer par un Smogogo. Tant pis. Je prends le risque. Tant que ce ne sont pas des insectes, il n'y a rien de bien dérangeant à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
  • avatar
  • Informations Féminin Nombre de messages : 326

    Feuille de route
    Disponibilité :
    Equipe Pokémon:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Mer 14 Aoû - 0:41

Un genou à terre

Chocolate aimait la ville de Rosalia. Elle aimait la douceur de son climat, l'odeur de ses arbres japonais, les kimonos traditionnels de ses danseuses. C'était une petite ville peuplée en grande partie de personnes âgées, de couple retraités ou de très jeunes enfants. Un endroit paisible pour les familles, au calme, quelque part où la religion et le respect des traditions était encore bien encré.

Il y avait certains endroits, comme celui-ci, qui réveillaient des souvenirs pour elle. C'était le cas du cimetière de Jadielle. Le lieu où sa mère reposait. Celui où elle se rendait tous les ans, le jour de son anniversaire. Ele n'avait jamais connu sa mère. Elle n'en avait pas le moindre souvenir, et pourtant, elle lui accordait une attache toute particulière. Personnelle. Elle savait que si sa naissance n'avait pas sonné l'heure de sa mort, Lisa Di Luce serait toujours de ce monde. Et que l'existence de son père jamais n'aurait été la même.

L'ancienne championne de Jadielle était quelqu'un d'indépendant. De portée sur les faits concrets et ses expériences personnelles, et pourtant, c'était aussi une croyante assidue. Elle croyait en la naissance des pokémons depuis une entité mysthique pas encore identifiée. Elle croyait aux pokémons légendaires, et à leur sommeil quelque part. Elle avait vu les prouesses dont certains pokémons dits ordinaires étaient capables. De plus, la présence des félins dans la région n'avait fait que renforcer ses convictions. La légende existait. Son père l'avait rencontrée. Il en avait fait un clône. Il avait été puni.

Elle n'avait pas eu de raison particulière de se rendre dans la Tour Cendrée. Elle y avait pénétré comme dans un temple religieux. Respectueuse, silencieuse, elle avait même enlevé ses chaussures à l'entrée du rez-de-chaussée. Nu de tout pokémon sauvage, elle ne pouvait pas en dire autant du sous-sol dont les escaliers branlants promettaient plus d'un spectre mal intentionné.

Elle avança à travers les ruines propres de la tour. Stalgamin dans les bras, elle s'arrêta devant un petit autel, planta un bâton d'encens funéraire, et s'agenouilla pour prier. Elle n'avait pas vraiment de requête à adresser à qui que ce soit. C'était plus un moment de recueillement qu'elle prenait pur elle. Le plaisir du silence, de ne plus penser, d'avoir la tête vide. Elle resta immobile de longues minutes, puis se leva lorsque ses jambes furent trop ankylosées pour lui permettre de sentir ses genoux.

Légèrement chancelante, elle croisa les bras sur sa poitrine, leva les yeux sur les hauteurs carbonisées de la tour. Ah. Si seulement elle avait pu vivre deux cent ans plus tôt et voir de ses yeux l'oiseau légendaire... Elle pivota sur ses talons, et s'assit comme une mendiante pour remettre ses chaussures. Ce fut cet instant que choisit quelqu'un pour pénétrer dans la tour.

Les jambes écartées, les mains tirant les lacets de ses rangers, elle fixa, bêtement, le nouveau venu. Etranger. Blond. Grand. Tellement blanc qu'elle aurait pu le prendre pour le prince des contes de fée. Oui enfin. S'il n'avait pas dégagé, même à cette distance, une aura de... quoi au juste ?

Stalgamin courut dans sa direction, et fit une glissade sur des cristaux de glace. L'ancienne championne de Jadielle se leva, rajusta sa veste d'explorateur, et rattrapa la petite créature en la sermonnant. Puis, elle posa son regard sur l'étranger, et se décida... à être aimable.

Chocolate : Navrée, il n'y a rien ici. Si vous cherchez un temple, la tour à côté de celle-ci est visitable tous les après-midi.

Elle rangea Stalgamin détaillant les sourcils broussailleux de son hôte impromptu. Il avait un regard de chien battu. Quelque chose d'homme des cavernes. Elle retint un sourire personnel.

Chocolate : A moins que vous ne veniez en capture ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
  • Informations

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Mer 14 Aoû - 1:56

A peine entré, je me fais déjà agresser par un Pokémon. Mais là, pour le coup, je ne suis pas sûr qu’il soit sauvage. Après tout, il ne me semble pas avoir entendu parler de Stalagmin présents ici.

??? : Navrée, il n'y a rien ici. Si vous cherchez un temple, la tour à côté de celle-ci est visitable tous les après-midi.

Une jeune femme se tient devant moi, rappelant son Pokémon. J’hausse un sourcil. Hm. Rien ici ? Pour elle peut être. Pour moi un peu moins. Enfin je crois.

??? : A moins que vous ne veniez en capture ?

Je la regarde me dévisager, et pour la peine j’en fais autant. De grands yeux chocolats qui me fixent –et je n’arrive d’ailleurs pas à déterminer ce qu’ils peuvent bien exprimer-, un nez en trompette, une petite bouche, des pommettes ni trop saillantes, ni trop inexistantes… un visage gracieux, en soit, une jolie fille. Pas bien grande, mince, vêtue de manière simple… Des cheveux mi- longs, bien coiffés. Oui. Une jolie jeune femme. Ceci dit, le physique, je m’en moque un peu. Il y a plein d’autres filles qui peuvent largement l’égaler. Mais toutes ne prendraient pas la peine de m’adresser la parole en un tel lieu. Même si crois que dans ce cas-là, c’est dû au fait que j’ai un physique d’étranger. J’inspire, expire.

Sariel : Pour tout vous dire, je n’étais là ni pour l’un ni pour l’autre. Ma présence ici s’explique par… curiosité, ou fascination.

Je parlais, normalement. Pas désagréable, ni trop aimable, je crois. Vraiment… le basique du basique. Mes yeux finissent par la quitter pour se poser tout autour de moi. Cela n’a, certes, rien d’extraordinaire, mais je ne sais pas trop pourquoi, je suis captivé. J’ai l’impression –je dis bien l’impression- que l’atmosphère est chargée d’histoire, de légendes, de vécu. J’aime cela. J’adore me sentir ainsi dans un tel endroit. Me sentir… entouré de quelque chose d’invisible, que tous ne ressentent pas. Je ne suis pas venu pour me recueillir, ou capturer quelques Pokémons que ce soit. Simplement être là. Ce n’est pas la chose la plus intelligente que je puisse dire ou faire, je le conçois. Mais c’est la réalité. Je voulais être ici. Alors je suis ici. Avec mon imagination, mes connaissances historiques, mythologiques. Et j’imagine. Je lève les yeux vers le plafond calciné. J’aperçois les étages brulés, jusqu’à pouvoir voir le ciel. Et je me dis que là-haut, ce serait sans doute un jour tenu Lugia, le légendaire. J’en ai des frissons. Si j’avais vécu quelques siècles plus tôt, peut être aurais-je eu la chance d’apercevoir ces créatures mythiques voler dans les airs. Les entendre communiquer dans leurs propres langages. Pouvoir les admirer, de loin.

A la place, je me contente de le faire dans ma tête, les yeux fermés. De me les représenter en train de s’envoler, de danser dans le ciel, virevoltant par ci et par là, l’un le jour, l’autre la nuit, chacun vacant à sa propre mission. Je soupire. Puis je rouvre les yeux, et remarque que la jeune femme est toujours là, devant moi. Oups. J’ai peut-être dû sembler bizarre, avec mon comportement moi. Déjà que je n’ai pas un physique banal, si en plus j’ajoute ma gestuelle et mes pensées…

Je reporte donc mon attention sur cette demoiselle, lui offrant un sourire mi-désolé, mi-ravi. Pourquoi ravi ? Je n’en sais rien. Sûrement grâce au fait de ma présence ici. Cela faisait quelques temps que je songeais à venir visiter ces lieux, mais je n’en avais pas encore eu l’occasion. Manque de temps, de courage de me déplacer, de devoir faire l’aller-retour en une journée, tout ça. Enfin…

Sariel : Juste… l’envie d’être ici.

Je conclue.
Revenir en haut Aller en bas
  • avatar
  • Informations Féminin Nombre de messages : 326

    Feuille de route
    Disponibilité :
    Equipe Pokémon:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Mer 14 Aoû - 2:17

Erreur sur la personne


Cet inconnu n'était pas un natif, elle en aurait mis sa main à couper. Peu expressif, il avait cependant ce quelque chose de ceux qui sont prêts à mettre les poings à la patte pour se faire respecter. L'ancienne championne de Jadielle l'entendit lui répondre et reporta son attention sur son physique pour le moins... atypique. Elle se demandait quel âge il pouvait bien avoir. A vue de nez, elle lui donnait entre vingt et trente ans. Il avait le menton pointu, la mâchoire brute, anguleuse, le regard légèrement triste.

Avec consternation, Chocolate réalisa alors...qu'il lui plaisait. Au regard, c'était un physique atypique qui l'attirait comme de la lumière. Elle ne le trouvait pas foncièrement beau, non, il était loin de ressembler à un mannequin de magazine. Mais il avait quelque chose. Une touche exotique. Un petit rien venu d'un autre pays, d'eun autre culture. C'était pour cette raison qu'elle l'avait pris pour un touriste.

Pourtant, il n'avait aucune trace d'accent, et employait un vocabulaire suffisamment complexe pour être maternel. Elle le laissa se recueillir, leva le nez sur les poutres calcinées par un grand incendie. On n'avait jamais su si cela s'était réellement déclenché à cause de la foudre. C'était ce que racontait la légende, mais les années suivantes avaient soufflé bien d'autres hypothèses plus fantasques et rocambolesques les unes que les autres. Un combat contre un autre pokémon. Un incendie humain, volontaire. Une punition divine venue de plus haut. Chocolate, elle, se contenait de ce qu'on lui offrait. Le majestueux Lugia avait été chassé de son perchoir légendaire par un fléau qu'il n'avait pu contenir. Ou bien, que ses adorateurs n'avaient pu contenir.

Après tout, les dresseurs utilisaient les pokémons les plus communs comme armes et comme compagnons de route. Il semblait presque logique à l'ainée des Sakaki que les pokémons les plus évolués mentalement agissent dans le sens inverse. C'était selon elle la principale erreur de son père. Des Quetzacoalt. Et de tous ceux qui voulaient s'emparer des pokémons légendaires. Ils oubliaient qu'ils étaient mus d'une personnalité propre et complexe. D'un quelque chose d'unique, de personnel, de magique, de presque... miraculeux. Divin.

L'étranger sembla se réveiller. Du moins, elle sentit son regard sur son visage, et croisa enfin ses yeux. Vairons. Et bien, il cumulait les particularités, celui-ci. Elle répondit à son sourire par un infime frémissement du coin de sa lèvre. Son visage d'ordinaire si dur s'adoucit pour paraître plus sympathique. Elle hocha la tête, comprenant son besoin d'être quelque part, de visiter, de se recueillir.

Chocolate : Vous feriez plaisir à bien des anciens du village s'ils savaient que l'on s'intéresse encore à ces ruines.

Elle redressa le petit sac à dos qu'elle avait sur les épaules, et fit tourner sa ceinture d'un cran. Ses pokémons étaient un peu agités du fait de la présence d'un homme à ses côtés. Ils avaient tendance à la surprotéger, et depuis Tsubaki... hm. Elle n'avait pas envie d'y penser.

Chocolate : Vous êtes de la région ? Vous voyagez pluôt léger, si vous venez de loin, trois balls, pas de baluchon... soit vous êtes incroyablement fort, soit incroyablement peu prévoyant.

Maladroit. Gauche. Elle marchait avec ses grands sabots sur les plates-bandes de ce jeune homme sans trop y prendre garde. Elle était pourtant plutôt douce avec lui. Un autre aurait eu droit à un coup de tête sec et un "au revoir" expéditif. C'était sans doute son regard. Un air de chien battu. Quelque chose qu'elle avait vu plusieurs fois chez les gens qui avaient des choses à raconter. Et puis, elle était venue ici pour se recueillir alors... elle pouvait bien se comporter comme un être humain normal, pour une fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
  • Informations

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Mer 14 Aoû - 2:48

??? : Vous feriez plaisir à bien des anciens du village s'ils savaient que l'on s'intéresse encore à ces ruines.

Je souris de plus belle. Oui sûrement. Je suppose que cela ne doit plus courir les rues, les gens qui apprécient à leurs justes valeurs les légendes, et les lieux liés à celles-ci. Mais ayant vécu dans la ville d’à côté pendant une vingtaine d’année, ayant côtoyé des gens passionnés… J’ai finis par être contaminé. L’origine des Pokémons, les mythes de leurs perchoirs, tout ça… Forcément. Voilà donc l’une des raisons qui font que ma première étape soit Rosalia. Une ville bourrée de charme, d’authenticité, de… je ne sais pas, mais plus qu’attirante, aux yeux de quelqu’un comme moi, qui ne suis pas natif d’ici.

??? : Vous êtes de la région ? Vous voyagez pluôt léger, si vous venez de loin, trois balls, pas de baluchon... soit vous êtes incroyablement fort, soit incroyablement peu prévoyant.


Je ris doucement. Une fois encore, je choc dans un tel décor. Dur de s’imaginer que j’ai toujours vécu ici, hein ? Je vais pour répondre, mais Rio s’agite légèrement sur mon épaule. Elle veut même descendre de son perchoir, pour regagner le sol. Pour une fois qu’elle souhaite faire autre chose que dépendre de moi. Je la laisse faire, tranquillement. Et puis ce coup-ci, je vais répondre.

Sariel : Surprenant, n’est-ce pas ? La réponse est donc oui. Je viens de Doublonville, pour être plus précis.

Mais ses mots me trottinent dans la tête. Soit fort, soit peu prévoyant, hein ? Je dirais plutôt que je comptais plus acheter le tout au fur et à mesure. Je n’ai pas reçu le guide du parfait petit dresseur, et je n’ai pas eu de famille avec de réel expert en la matière. Je veux dire, Ethan n’était pas mauvais, mais il n’a jamais vaincu de champion, et il n’est jamais allé bien plus loin que les alentours de notre ville. Aussi… je fais ça comme je peux. Et puis je préfère voyager léger. On ne dirait pas, mais j’ai deux trois t-shirt de rechanges, roulés en boule au fin fond de mon sac, un jean, bien plié, bien serré, quelques paires de chaussettes… bref. J’ai un micro baluchon dans le sac, avec les baies, les pokéballs, les potions et… mon Smith & Wesson. Personne ne sait qu’il est là. Personne à part moi. J’ai toujours été fan de tir, et très vite, je me suis procuré une arme. Pas une bien grosse pour l’instant, mais de quoi pouvoir me défendre contre d’éventuelles attaques humaines… Après tout, un voyageur isolé sur les routes, c’est une cible facile pour d’éventuels rodeurs. Pourquoi ne pas juste utiliser mes Pokémons pour ça ? Je ne veux pas qu’ils se prennent de coup de couteaux ou je ne sais trop quelle autre horreur d’invention humaine. Bref. Le fait est que j’ai sur moi le plus important. Et une coquette somme d’argent, pour l’instant. D’autant plus que j’en ai gagné encore un peu, sur la route 35.

Sariel : Et pour vous répondre, j’ai ce qu’il faut sur moi. Ce qu’il me manque, je l’achèterais en cours de route.

Après tout, être dresseur, ce n’est pas une promenade de santé. Dans mon cas, ce serait plus une épreuve de survie. Je ris à cette pensée. Je n’ai pas forcément agis de la manière qui pourrait s’avérer la plus confortable sur le long terme, je ne le sais que trop bien. Mais je voyage léger, et ça, c’est déjà un plus à mes yeux.

Sariel : Et je n’ai que trois pokéballs tout simplement car je n’ai que trois Pokémons. Risible, je sais. Mais je n’ai pas rencontré de Pokémon dont je nécessite la présence, pour l’instant…

Clair, précis… du moins j’espère.
Revenir en haut Aller en bas
  • avatar
  • Informations Féminin Nombre de messages : 326

    Feuille de route
    Disponibilité :
    Equipe Pokémon:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Jeu 29 Aoû - 23:32

Boulette time

Doublonville. Ce n'était vraiment pas loin. Ce qui expliquait plutôt simplement qu'il ait pris aussi peu de précautions. Après tout lorsqu'elle se rendait à Argenta c'était tout juste si elle pensait à prévoir des potions pour soigner son pokémon porteur à l'arrivée. Il avait quelque chose... d'étrange. Pas de trace d'accent, ou alors juste assez léger pour qu'elle ne le remarque pas. Sans doute ses yeux de couleur différentes étaient-ils pour quelque chose dans l'aura qu'il dégageait. Chocolate n'était pas habituée à ressentir une émotion aussi frivole lorsqu'elle voyageait que celle de la curiosité. Elle qui était habituée à retomber sur ses pattes et toujours savoir dans quelle direction aller se retrouvait un peu comme deux ronds de flan. Paumée. Qu'est-ce qu'il pouvait être grand. Au nom du ciel, elle se sentait ridicule à côté de cette perche blonde d'une autre contrée

Elle se sentit légèrement gênée lorsqu'il lui répondit. Evidemment, elle avait été trop curieuse. C'était logique, elle-même faisait régulièrement des achats, ce qui l'amenait dans d'étranges situations commme... devoir mettre un coup sur la nuque à une psychotique qui la menace avec un couteau de cuisine. Enfin, d'ordinaire ses courses se passaient plus normalement, mais les derniers jours avaient été pour le moins riches en émotions, et elle n'avait pas vraiment eu l'occasion de se poser la question "et après ?". Elle était à Rosalia certes mais n'avait aucune intention de défier le champion d'arène pour le moment. Elle voulait d'avoir aller visiter les Tourb'îles, défier Alizire et Chuck, et ensuie seulement rencontrer Hoshi Suisei. Son oncle l'avait mise en garde contre la jeune femme, alors elle préférait attendre d'avoir une équipe à même de se défendre pleinement contre ses spectres. Ce qui n'était vraiment pas gagné.

A sa remarque sur le nombre de balls, elle se fendit d'un sourire d'excuse et fixa son Riolu - sa Riolu, si elle ne se trompait pas. Belles couleurs. Inhabituelles. Poil lustré, oeil vif, air de princesse, c'était de toute évidence un pokémon choyé, et de très près. Chocolate glissa une mèche de cheveux derrière son oreille et fixa Sariel.

Chocolate : Oh, je vois. Ca semble logique, Doublonville est à quelques heures de marche d'ici. En voyant votre... enfin, vous n'avez pas l'air... de la région, c'est tout.

Oui, elle venait d'avoir un comportement parfaitement raciste. D'un autre côté, ce jeune homme ne faisait clairement pas habitant du Johto, ni du Kanto. A la limite il aurait pu vivre à Safrania, ou encore venir d'une île de Samibato, mais il n'avait pas la tête d'un autochtone. Elle décalla d'un cran sa ceinture pour camoufler un peu sa rangée de balls toutes plus brillantes et pleines les unes que les autres. Risible... non, pas vraiment.

Chocolate : Vous avez l'équipe que vous avez. Si vous venez de commencer votre voyage, c'est normal qu'ils ne soient pas très nombreux.

Elle se racla la gorge, consciente de pouvoir être maladroite. Si cela se trouvait ce jeune homme était juste un éleveur qui se promenait dans la région pour se dégourdir les pattes et elle se montrait extrêmement impolie avec lui.

Chocolate : Je suis Chocolate Sa...Saraki. Euh, enfin je devrais peut-être éviter de vous importuner, vous êtes de toute évidence venu pour vous recueillir, pas pour tailler la bavette.

Nerveuse, elle secoua machinalement ses trois badges dans la petite bourse qui pendait à sa hanche. Elle n'avait pas trouvé de boîte à Doublonville et avait dû se rabattre sur une solution de secours en attendant d'avoir mieux pour mettre en valeur ses gains d'arène. Rouge comme une écrevisse, elle sentit la honte lui monter aux joues. Par tous les dieux, ce qu'elle pouvait détester parler avec les autres. Droite tant qu'elle pouvait encore regarder son interlocuteur, elle fit un effort considérable pour ne pas babiller et lui baver dessus comme un nouveau né.

Chocolate : Je... devrais partir.

Elle se sentait de trop.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
  • Informations

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Sam 28 Sep - 14:43

Elle sourit. Whoa… C’est un sourire d’excuse, c’est vrai, mais… il n’empêche que cela lui donne un petit je ne sais quoi en plus. Comme si un rayon de soleil venait d’illuminer son visage, je crois. Oui, ce doit être ça. Je n’en suis pas bien sûr, mais il me semble que c’est cela. Et puis elle parle. Et ses mots sonnent à mes oreilles comme des excuses cachées. Elle ne le dit pas directement, mais son air gêné et son sourire me font penser cela. Et puis, au pire, ce n’est pas grave. Je ne suis pas du genre à garder rancœur contre les gens. Ils peuvent bien penser ce qu’ils veulent, je m’en moque. Tant que l’on ne me fait pas de mal, ce n’est rien. Et encore, je crois que l’on pourrait me faire du mal que j’arriverais encore à m’en moquer. Tant que l’on ne touche ni à Rio, ni à ma famille, je vais bien. Certains me traitaient de benêt. Non. Je suis juste un je-m’en-foutiste de première. Je ne suis pas un hypersensible, et je n’ai pas le gêne du héros qui veut sauver la planète envers et contre tout. Les différentes teams qui se font la guerre, et qui cherchent à faire renaître des créatures, je m’en moque. Tant que cela ne vient pas piétiner sur mon espace personnel et toucher à ceux que j’aime. Je suis comme ça, et je n’en ai pas honte. Je ne vais pas aller chercher à me mettre en travers de leurs chemins, sans compter que cela pourrait nuire à mes pokemons. Enfin…

Je la fixe, amusé par ses propos. Quelqu’un d’autre aurait pu se sentir insulté, prendre mal ce qu’elle peut bien dire. Moi je la trouve juste maladroitement mignonne. Ou l’inverse. Mais c’est l’idée. Mais je dois bien reconnaître que je ne ressemble pas à un autochtone. Et pour cause, je ne suis pas d’origine japonaise. Bien que contrairement à ma famille, j’ai toujours vécu ici, et que cette terre est la seule que j’ai jamais connue. Mais bien sûr, elle ne peut le savoir.

Un mouvement attire mon regard. Et je ris silencieusement. Pourquoi cacher toutes ses balls alors que je sais pertinemment qu’elles sont là, toutes plus remplies les unes que les autres ? Je ne suis pas dupe. Si elle s’est permis un commentaire sur mes balls, c’est parce qu’elle doit en avoir bien plus que moi. Ce n’est pas vexant. J’ai fait le choix, pour l’instant, d’en rester à trois. Mais cela non plus, elle ne peut pas le savoir. Elle se racle la gorge. Je semble la mettre dans une position assez déconcertante. Peut-être n’aime-t-elle pas discuter avec les autres. Peut-être est-elle une solitaire de nature. Ce serait… dommage. Pour une fois que je ne tombe pas sur quelqu’un de purement intéressé…

Chocolate : Je suis Chocolate Sa...Saraki. Euh, enfin je devrais peut-être éviter de vous importuner, vous êtes de toute évidence venu pour vous recueillir, pas pour tailler la bavette.

Un bruit de métal qui s’entrechoque. Des petits morceaux de métal. Des badges, très surement. Je baisse les yeux. Deux… Non. Trois. Au bruit qu’ils font, je dirais trois. Pas plus. Eh bien. J’ai du chemin à parcourir si je veux au moins arriver à la cheville de cette demoiselle. Demoiselle qui d’ailleurs, je ne sais pas pourquoi, mais ne m’a pas dit toute la vérité sur son nom de famille. C’est assez improbable tout de même de marquer une hésitation sur sa propre identité. A moins qu’elle ait quelque chose à se reprocher, je ne vois pas pourquoi. Mais bon, si tel est son choix, soit. Je ne vais pas chercher à la forcer. Ce sont ses affaires, pas les miennes.

Chocolate : Je… devrais partir.

Pardon ? Je… Non ! J’écarquille les yeux à ses mots. Je ne veux pas me retrouver seul dans un tel endroit. Je serais capable de m’y perdre… Et je me rend compte que ma main tient quelque chose. Je baisse les yeux et … effectivement. Sans m’en rendre compte, je lui ai pris le bras, pour l’empêcher de partie. Je la lâche brusquement, m’excuse.

Sariel : Je… non. S’il vous plait. Je veux dire… Je ne connais pas grand monde ici, même n’étant pas là depuis longtemps, et … enfin je veux dire, j’aimerais bien avoir quelqu’un avec qui discuter, au moins le temps d’une visite de cette tour calcinée… Si cela ne vous dérange pas., Mademoiselle Saraki.

Je retrouve mon sourire, effaçant ainsi l’expression de détresse qui devait s’afficher sur mon visage.

Sariel : Et puis pour relancer la conversation, c’est un choix de n’avoir que trois pokemon pour l’instant. Je ne veux pas de n’importe quel partenaire sous prétexte d’avoir des champions d’arènes à vaincre. Je veux les choisir méthodiquement, et plus poussé encore, j’aimerais qu’eux même me choisissent. Je sais que cela risque d’être compliqué, laborieux, fastidieux… Et je sais également que les trois quart des dresseurs ne voient pas les choses comme ça. Mais j’ai été élevé ainsi, et c’est quelque chose que j’ai développé avec le temps…

Je prends une petite mine, un peu gêné d’avouer ceci à une parfaite inconnue. Mais je ne sais pas. J’ai l’impression de pouvoir lui parler, même si elle ne se semble pas plus à l’aise que cela.

Sariel : Et … je ne suis pas japonais. Donc il n’y a pas de mal à avoir dit de telles choses.

Je lui souris de plus belle.


Dernière édition par Sariel J. E. Rainsworth le Mar 1 Oct - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • avatar
  • Informations Féminin Nombre de messages : 326

    Feuille de route
    Disponibilité :
    Equipe Pokémon:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Dim 29 Sep - 16:49

Méfiance

Un mouvement de recul. Chocolate sentit tous ses membres se tendre, ses muscles se raidir, ses dents se serrer. Une présence, intruse, l'avait instinctivement mise sur la défensive. Elle était prête à mordre, prête à frapper, prête à envoyer l'assaillant crever le vieux plancher pour s'écraser plusieurs mètres plus bas. Les yeux prêts à tuer, elle tourna le regard vers l'inconnu, qui la lâcha, sans même voir qu'elle avait failli lui casser la figure.

Elle resta tendue, le fixa avec un mélange de dégoût, de colère et d'incompréhension. Sa tête de cocker en repentir la fit se dérider un peu. Elle l'écouta bafouiller, presque babiller des excuses à son encontre. Elle se calme doucement, et se tendit de nouveau lorsqu'elle entendit son nom, déformé, sortir de ses lèvres blanches.

??? : Si cela ne vous dérange pas., Mademoiselle Saraki.
Chocolate : Je préfère Chocolate.

Simple, clair, concis. Elle n'avait pas besoin de s'épandre là-dessus. Les seules personnes qui l'appelaient par son nom de famille ne lui voulaient généralement pas beaucoup de bien. Elle ne savait pas s'il l'avait entendu, mais elle commençait à se sentir vraiment mal à l'aise. La politesse aurait voulu que, une fois qu'elle ait donné son nom, il en fasse de même. Au lieu de cela, il partit sur son choix de n'avoir que trois pokémons. Ne pas avoir n'importe quel partenaire, hein ?

Est-ce qu'il considérait qu'avoir plus de trois pokémons était un gaspillage de temps et d'énergie ? Ce n'était pas comme si les dresseurs pouvaient prétendre entrer au Panthéon avec une équipe de trois bras cassés ou une armée de Ratatta. Tout d'abord, parce que le conseil n'acceptait que des personnes avec un minimum de standing, et huit badges en main. Ensuite, parce qu'il était impossible de combattre en arène avec une armée de Ratatta. Enfin, parce que la simple idée de déloger tous les rongeurs des égoûts de la région était particulièrement ridicule.

Elle souffla, légèrement exaspérée par sa propre réflexion, et toisa l'inconnu longuement, espérant qu'il se rende compte qu'il ne s'était pas présenté en retour. Mais non. Il continua à développer longuement la raison de son choix. Oh oui, être élevé pour consommer le strict minimum. Cela le plaçait dans deux catégories. Les gentils. Et les pauvres. Enfin, les familles avec peu de moyens, et comptaint sur la mesure et les économies pour vivre aussi confortablement que possible. Elle commençait à comprendre pourquoi il n'avait pas fait attention, il était tout simplement embarrassé.

Pas autant qu'elle, c'était sûr. Chocolate avait oublié un instant sa nervosité pour la remplacer par une belle forme de colère. A présent elle se sentait bête. Bête d'avoir pris le reflet de la lune pour l'astre lui-même. Ce garçon avait juste besoin d'un guide, d'un peu de compagnie, et elle avait été là avant lui, de toute manière. L'ancienne championne de Jadielle eut un sourire en coin, un peu amer, et croisa les bras sur sa poitrine.

Chocolate : Vous pensez qu'avoir plus de trois pokémons, c'est mal les sélectionner ? Une décision peut être efficace et pragmatique si elle est rapidement prise en période de crise.

L'ainée des Sakaki recula un peu, jeta un coup d'oeil à la barrière empêchant de descendre aux étages supérieurs, et jeta un nouveau regard à l'étranger. Elle avait changé de comportement si vite qu'elle-même avait l'impression de s'être jetée à bras ouverts dans son cocon d'acier, pour se protéger d'une éventuelle attaque. Elle était très tendue, depuis qu'elle avait quitté Doublonville. Les blessures infligées par la capture de Magby n'étaient pas encore refermées - son doigt en poupée pouvait en témoigner - et elle alternait les phases de gêne et de raideur absolue.

Chocolate : Vous connaissez les types des champions de la région. Partant de cette constatation, créer une équipe équilibrée et apte à renverser chaque arène n'est pas des plus difficile. Non, ce qui vous posera problème, ce sera votre confiance en votre équipe. Certains champions sont relativement simples à vaincre, du fait de leur classement volontaire dans les étapes à franchir. D'autres posent plus de problèmes. Par des stratagèmes divers. Intimidation, manipulation, et parfois même tricherie sur le terrain. Je comprends votre point de vue sur une équipe simple, mais face aux dangers que recèle la région, ce n'est peut-être pas la meilleure solution qui soit.

Elle réfléchit un instant. Il avait l'air plutôt intelligent. Apte à comprendre un plan de déplacement ou encore une hypothèse. Chocolate s'agenouilla, déplia la carte de la région, et lui montra le travail qu'elle avait fait.

Chocolate : En bleu, les zones civilisées. En vert, les zones de transit courant. En rouge les zones dangereuses. Ici nous sommes entre bleu et vert. Passée la ville de Oliville ou encore à l'Est d'ici, vous serez en danger, avec trois pokémons. A moins que vous n'ayez un génialissime garde du corps dont vous avez tu l'existence. Si cela se trouve, vous êtes une célébrité ou un grand pontif de la mafia pokémon, après tout...

Elle leva le regard sur lui, le perça presque de ses iris, inquisitrice, dure comme du béton armé.

Chocolate : Pour quelle autre raison auriez-vous omis de me fournir votre prénom ?

Mettre les pieds dans le plat. Son activité favorite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
  • Informations

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Sam 19 Oct - 21:42

Chocolate : Je préfère Chocolate.

Simple. Clair. Concis. Et tendue. Oui. Elle est tendue. Je crois que j’aurais mieux fait de m’abstenir de la toucher. Je me sens un peu mal à l’aise. Un peu comme un ponchiot que l’on aurait attrapé en train de pisser sur un tapis. Oui. J’ai mal agit. J’aurais dû réfléchir. La retenir avec des mots plutôt qu’avec des actes. Quel crétin je fais. Ce n’est pas comme si je le savais d’ores et déjà que les gens n’apprécient pas forcément être touchés par des inconnus.

Je lève les mains, lui montrant mes paumes, tête baissée, lui indiquant que je ne lui veux aucun mal, et que je m’excuse aussi. Je me mords la lèvre inférieure. Quel imbécile je peux faire, quand je m’y mets.

Mais elle ne me laisse pas le temps d’en placer une. Pas le temps de me ressaisir correctement non plus. Elle enchaîne, phrase sur phrase, le ton dur, le regard froid. Merde. Oui, voilà tout ce que je me dis. Ça avait plutôt bien commencé, c’était plutôt un échange agréable, pour une fois, et me voilà à me l’être mis à dos. Il n’y a vraiment qu’à moi que ce genre de chose arrive…

Chocolate :…célébrité ou un grand pontif de la mafia pokémon, après tout...

Hé ? Je relève la tête, plonge mes yeux dans les siens, et attends qu’elle finisse sa phrase.

Chocolate : Pour quelle autre raison auriez-vous omis de me fournir votre prénom ?

Aie aie aie… j’ai encore gaffé. Comme d’habitude, ceci dit. Lorsque je me tais, ça va. Lorsque je suis seul, ça va. Mais dès qu’il faut entrer en contact avec la société, je suis un véritable alien. Incapable de tout faire correctement. Quoi que… ça dépend, en fait. Mais il n’empêche que je me suis fait attraper la main dans le sac.

Sariel : … Héé… Je suis en flagrant délit d’impolitesse…


Je soupire. Quelqu’un de célèbre ? Un mafieux ? Non. Je ne crois pas non. Juste… un parfait inadapté social. Un étranger qui habite pourtant dans ce pays depuis toujours. Et qui pourtant n’a jamais eu la réelle impression d’être à sa place. Mais qui s’en moque parfaitement. Je n’ai jamais cherché à faire d’efforts pour être accepté. Cependant… là, j’aimerais bien. Je ne sais pas pourquoi.


Sariel : Je… suis désolé pour ma maladresse. Je me prénomme Sariel. Sariel Rainsworth.

J’ai perdu tout sourire. Toute gaieté. Je me sens… juste mal. Idiot. Vraiment. Chocolate… elle semble différente de toutes les personnes que j’ai pu rencontrer jusqu’à aujourd’hui, et j’aimerais, pour une fois, faire les choses correctement.

Sariel : Cela… vous dirait de… reprendre du début, mademoiselle Chocolate… ?

Je suis sincère. Juste… oui. Sincère. Et la pauvre doit surement devoir subir mon regard de Caninos battu. Pour quoi je passe, moi ? D’abord on me prend pour un parfait étranger, et maintenant, je dois passer pour un cas social… Mais un cas vraiment social. Grave. Vraiment grave. Bon sang…

Sariel : Je… sui vraiment désolé.
Revenir en haut Aller en bas
  • avatar
  • Informations Féminin Nombre de messages : 326

    Feuille de route
    Disponibilité :
    Equipe Pokémon:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Dim 20 Oct - 22:15

Retour en arrière
Soulagement immédiat. Sariel n'était qu'un étoutrdi impoli, pas un grand ponte d'une organisation douteuse. Son regard s'adoucit légèrement, elle continua cependant de le fixer, sourcils froncés. Elle tentait d'évaluer la part de franchise de celle du mensonge dans sa manière d'être et de réagir, mais il semblait tout à  fait sincère. Pire encore, il était même perdu. Elle s'en voulut instantanément. Trop méfiante. Une véritable amazone, prête à lui sauter à la gorge, voilà comme elle s'était comportée.

Il soupira, leva un regard de caninos battu, et se présenta enfin. Sariel. Et bien, dans la famille des personnes avec un prénom difficile à porter, ils étaient désormais deux. Entre une truffe et un archange, la palme d'or lui revenait tout de même haut la main, mais elle se dérida. Il était tout excusé. Elle s'était juste tendue en le voyant continuer à lui poser des questions sans prendre le temps de répondre aux siennes. C'était un réflexe, une habitude qu'elle avait prise. Lorsque l'on avait manqué de se faire tuer plus de trois fois par des gens bien sous toutes les coutures en l'espace dune ou deux années, on avait tendance à faire plus attention aux personnes auxquelles on attribuait notre confiance.

Elle décroisa les bras, se redressa, et le regarda d'en bas, plus détendue. Il était vraiment plus grand qu'elle, et du haut de son mètre soixainte elle doutait même de pouvoir atteindre son menton et lui faire mal autrement qu'en sautant. Bah. Elle aurait pu compter sur ses pokémons s'il avait été une menace, mais elle aurait manqué de faire écrouler une partie du bâtiment, sans doute. Les vieilles poutres à demi calcinées de la Tour Cendrée n'étaient pas vraiment le support idéal pour accueillir un Leviator d'une demie tonne. L'ancienne championne de Jadielle offrit un regard neutre à Sariel, passant outre l'incident précédent, et se racla la gorge.

Chocolate : Ce n'est rien Sariel, je me suis emportée, je vous présente mes excuses les plus sincères.

Elle gratta du bout des ongles son épaule gauche, et grimaça en se souvenant qu'elle avait failli se faire arracher deux doigts par un Ratatta quelques jours auparavant. Elle fronça le nez, rangea sagement sa main bandée, et replaca le pansement qu'elle avait sur le côté de la tête. La capture de son Magby avait été une sacrée épreuve. Elle n'avait sans doute jamais autant eu de mal à obtenir un pokémon rare. D'autant que celui-ci s'était sauvé de son élément naturel, et retrouvé au milieu d'une famille de charmants amis armés jusqu'aux crocs. Un peu comme Sariel, son Magby était un étrangé bringuebalé. A ceci près qu'elle ne comptait pas l'adopter pour lui brosser le poil.

Chocolate : Vous n'avez pas l'air de me connaître. Vous qui faites les arènes auriez pu m'affronter si vous étiez allé de l'autre côté du Mont Argent. Je suis l'ancienne championne de Jadielle.

Elle serra les poings, rajusta les mitaines en cuir qui masquaient ses phallanges, et recula d'un pas pour prendre un  peu d'air. Naturellement, sans le pousser à la suivre, elle se dirigea vers les escaliers qui descendaient dans les sous-sols. Il était encore tôt dans la journée, les spectres devaient encore dormir. Et dans le pire des cas, elle aurait de quoi les repousser s'il leur venait l'idée d'interrompre leur petit tête à tête. Chocolate fit craquer sa nuque, trottinant avec prudence jusqu'à l'étage inférieur.

Chocolate : Dans ma situation, je n'ai pas que des amis. Je m'attends toujours à me faire attaquer, je vous ai pris pour un faux allié. Mais vous êtes manifestement un vrai gentil, je dois dire.

Elle sourit. Sincèrement. Oui, Sariel n'était vraiment pas le profil-type du truand envoyé par les hommes de son père. Il était... gentil. Vraiment gentil. Maladroit, touchant...et même mignon dans sa manière d'être un gaffeur de service. C'était exactement le genre de garçon... qu'elle fréquentait. Hm. Oui. Tsubaki était aussi un vrai gentil.

Jusqu'à ce qu'il la largue comme une chaussette usée.

Chocolate : Sariel, donc. Quels sont vos projets, à part visiter une ruine et vous suicider sur les routes ?

De la taquinierie un peu mesquine. Hé. Elle devait bien se venger un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
  • Informations

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   Lun 21 Oct - 1:00

Je suis vraiment irrécupérable. Et je pourrais tout à fait comprendre qu’elle continue à être en colère contre moi. Après tout… je le mérite. Mais non. Presque immédiatement, elle se calme. Elle décroise les bras, se redresse –bien qu’elle reste plus petite que moi d’une bonne tête- et me répond.

Chocolate : Ce n'est rien Sariel, je me suis emportée, je vous présente mes excuses les plus sincères.

Eh… elle s’excuse ? Ha mais je ne mérite pas de recevoir d’excuse. Je n’ai pas à la pardonner de quoi que ce soit. C’est plutôt l’inverse. C’est plutôt à moi de me faire pardonner. Ah… me voilà de nouveau mal à l’aise. Non pas que cela me fasse plaisir qu’elle ne m’en veuille plus –enfin, je crois- mais … mais je ne suis qu’un sombre idiot et ne mérite pas de tels mots. Eh…

Chocolate : Vous n'avez pas l'air de me connaître. Vous qui faites les arènes auriez pu m'affronter si vous étiez allé de l'autre côté du Mont Argent. Je suis l'ancienne championne de Jadielle.

… Comment dire. Moi qui pensais avoir déjà touché le fond, me voilà en train de creuser encore plus profond. Je suis déjà étiqueté comme « débutant », me voilà maintenant affublé de la mention « ignare ». J’aurais sûrement dû savoir qui elle était. Moi qui prétends vouloir être dresseur pokémon, et vaincre des champions… J’ai honte. Mais il faut dire que ce n’est pas plus pour moi que pour Ethan que je me suis lancé là-dedans. Ho. Si cela ne m’avait pas intéressé, je ne l’aurais pas fait. Je serais devenu éleveur. Ou peut-être coordinateur. Mais non. Comme lui, c’est dresseur qui m’attirait. Je suis sûrement moins doué. Et pas encore très bien entrainé. Mais je veux progresser. Seulement… Ethan, lui, aurait su qui elle était. Qui est cette Chocolate Saraki… ou quel que soit son vrai nom de famille. Moi pas. Je soupire. Un craquement quelque peu sonore rapporte mon attention vers elle.

Chocolate : Dans ma situation, je n'ai pas que des amis. Je m'attends toujours à me faire attaquer, je vous ai pris pour un faux allié. Mais vous êtes manifestement un vrai gentil, je dois dire.

Je souris, doucement. Un vrai gentil, hein ? Ou un véritable abruti ? Oui non. Je pense que si c’était ce qu’elle avait voulu dire, elle me l’aurait dit sans tourner autour du pot. Elle ne semble pas être de ce genre-là. De ceux à chercher trente-six milles chemins pour aller au but. Elle… doit plutôt être du genre à appeler un Chacripan un Chapripan.

Humpf…Un gentil, hein… Mais qu’est-ce que l’on appelle un gentil au juste ? Enfin… je veux dire… Non. Personnellement je ne sais pas ce qu’un « gentil » et un « méchant ». Après tout, je n’ai jamais eu à me placer dans un camp quelconque, personne ne l’a jamais fait pour moi non plus. A part aujourd’hui. Et j’avoue que cela me laisse un peu… dubitatif ? Qu’est ce qui définit un gentil ? Et un méchant ? Ah mais trop de questions d’un coup. Ca y est. Je sens la migraine pointer le bout de son museau… Merci Chocolate.

Chocolate : Sariel, donc. Quels sont vos projets, à part visiter une ruine et vous suicider sur les routes ?

Je la regarde. Mes projets ? Bonne question. Je ne me la suis jamais réellement posé, en fait. Je me suis décidé sur un coup de tête, je suis partis dans la foulé et… attends. Elle a parlé de suicide ? Je ris doucement.

Sariel : Eh bien… à vrai dire, à part essayer de rester en vie le plus longtemps possible…

J’inspire. Expire. Et…

Sariel : Je ne sais pas.

Je baisse la tête. Voilà, je l’ai avoué.

Sariel : Je suppose qu’à part devenir un grand dresseur, capable de mener ses pokemon à se dépasser, et vaincre des champions d’arène et la ligue… Eh bien… pas grand-chose ? Je n’y ai pas vraiment réfléchis.

Je souris, désolé.

Sariel : C’est un peu stupide, je sais.

Et voilà. Je me montre encore en parfait étourdi. Héé…

Sariel : Je pense que je devrais prendre un peu de temps pour m’entrainer plus convenablement, me trouver de nouveaux compagnons, et … peut être mieux me préparer.

Pas prêt. C’est ce que j’ai l’impression d’être maintenant. En même temps… je suis un rookie par rapport à elle, qui est ancienne championne… C’est… un peu la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
  • Informations

MessageSujet: Re: Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les rencontres se font souvent là où on s'y attend le moins... [P.V.: Choco]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les imprévus sont souvent les choses les meilleures [PV Blaze Scott]
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Que font les autorités haitiennes ?
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Les orties ne font pas que piquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rpg :: Johto :: Rosalia :: Tour Cendree-

Nos partenaires